La passation d’un test de QI prend du temps.

  • 1 séance pendant laquelle le psychologue fait l’anamnèse et détermine les raisons qui amène l’enfant et ses parents à faire la demande de test.
  • 1, 2 ou 3 séances de passation (en fonction de l’âge de l’enfant et de ses capacités de concentration), pendant lesquelles le psychologue peut utiliser des outils complémentaires comme le dessin.
  • 1 séance de restitution

Un test de QI coûte assez cher car le matériel pour la passation est onéreux. De plus, la correction et l’analyse des résultats demandent beaucoup de temps au psychologue.

Le psychologue est tenu de remettre un rapport  comportant les principaux résultats de l’enfant et ses préconisations.

Pourquoi faire un test ?

La demande de test est de plus en plus courante.

Souvent en lien avec une recherche de précocité, la demande peut être motivée par des difficultés scolaires, des problèmes de comportement, des difficultés relationnelles ou de communication :

  • WISC V permet d’évaluer le fonctionnement intellectuel global en donnant une note de QI et fournit cinq notes d’indices
  • L’indice de compréhension verbale : 
Composé de subtests évaluant les aptitudes verbales en faisant appel au raisonnement, à la compréhension et à la conceptualisation.
  • L’indice de mémoire du travail : composé de subtests évaluant l’attention, la concentration et la mémoire de travail.
  • L’indice de vitesse de traitement : Composé de subtests évaluant la vitesse de traitement au niveau intellectuel et au niveau graphomoteur.
  • L’indice de raisonnement fluide : composé de subtests évaluant l'aptitude de l'enfant à déceler le rapport conceptuel sous-jacent entre objets visuels et à utiliser le raisonnement pour identifier et appliquer des règles.
  • L'indice visiospatial : composé de subtests évaluant permettant une mesure du traitement visiospatial de l'enfant, de son aptitude à construire des formes géométriques à partir d'un modèle.
photo david wechsler
https://link.springer.com/referenceworkentry/

Wechsler a construit ce test à partir de l’hypothèse que l’intelligence est une entité globale. « L’intelligence est la capacité de l’individu à agir de manière appropriée, à penser rationnellement, et à s’adapter efficacement à son environnement ». L’intelligence est testée par l’évaluation d’indices.

Le test de QI est un instrument clinique qui détermine le niveau de l’enfant en regard de celui des enfants de son âge.

Le résultat chiffré du QI ne veut rien dire à lui tout seul. Il donne une image figée de l’enfant alors que l’enfant est en évolution. Le chiffre obtenu est une photo à un instant T.

Quelque fois, le psychologue peut ne pas donner le QI total s’il s’avère que celui-ci n’est pas valide (écart trop grand entre les indices).

Dans ce cas l’analyse portera plus précisément sur les forces et faiblesses des capacités cognitives de l’enfant. Il peut permettre de poser des hypothèses autour de questions telles que les « dys » (dyslexie, dyscalculie, dyspraxie), de l’hyperactivité ou autres.

Hypothèses, qui seront ensuite validées ou non, par les spécialistes appropriés.

Seuls les psychologues et les neuropsychologues sont habilités à le faire passer.